Accueil Spectacles Disponibles Le Jour se rêve

Le Jour se rêve

Création automne 2020

Souvent, la danse de Jean-Claude Gallotta, afin de souscrire à l’ici et maintenant que le corps des interprètes lui impose, s’est cherchée des thèmes qui la protègent du présent : les mythologies, le répertoire, les hommages. Plus récemment, avec le triptyque rock (My Rock, My Ladies Rock, L’Homme à tête de chou), le diptyque danse-littérature (L’Étranger, Bonjour Tristesse), Jean-Claude Gallotta a fait dialoguer sa danse avec de grandes figures du siècle. Aujourd’hui, il renoue avec la forme chorégraphique de ses débuts, une danse sans livret, sans « propos », sans habillages narratifs, sans références thématiques. Avec le Jour se rêve, Jean-Claude Gallotta revient rôder du côté de Bethune Street, à Manhattan, où, dans les baies vitrées du studio de Merce Cunningham se reflétaient au début des années 80 ses espérances d’apprenti chorégraphe. Le voilà qui vient réinterroger ses sources, sa source : l’abstraction. Mais une abstraction qui ne rejette pas la chair de la danse. « Deux épaules ou deux cuisses, ça se prend, ça se mord », disait Béjart. Il y a, il y aura toujours chez Jean-Claude Gallotta, un peu de sens, un rien de narration, un soupçon de figuration, une touche de jeu ou d’ironie pour venir troubler l’ordonnance rythmique de la scène. Ces échappées - qu’il laisse advenir, ou qu’il ne retient pas, ou qu’il provoque - traverseront le Jour se rêve. C’est là que se niche une des singularités du travail de Jean-Claude Gallotta, à l’origine d’un mouvement dont il est sans doute le seul représentant : l’« abstraction ludique ». Pour le Jour se rêve, fidèle à la pratique du « carrefour d’échanges » de Cunningham, Cage et Rauschenberg, Jean-Claude Gallotta a donné rendez-vous à un musicien, Rodolphe Burger, l’explorateur de nouveaux espaces sonores, qui mêle le rock à la philosophie, qui « fréquente » Beckett et Johnny Cash, Büchner et Lou Reed, qui réussit la belle alchimie de l’élitaire et du populaire. Il a également donné rendez-vous à Dominique Gonzalez-Foerster, plasticienne aux personnalités multiples, exploratrice des liens entre les arts, brouilleuse de pistes, qui viendra mettre les danseurs en costumes et en lumières pour les aider « à rendre claire la conscience du moment présent ». Composé de trois « events » de vingt minutes chacun, entrecoupés de deux solos du chorégraphe, le Jour se rêve veut être une chorégraphie du « présent sans impatience » qui puisera son intensité dans la pleine expérience du mouvement, du son et de l’image. Y jouera-t-on encore, ou à nouveau, « le jeu de l’abstraction » ? Le regard contemporain l’acceptera-t-il ? Ni l’interprète, ni le musicien, ni la plasticienne, ni le chorégraphe ne le savent, seulement préoccupés, tous, à construire dans un même lieu et dans un même temps - ceux de la représentation - leur propre espace ; chacun le leur, espace qui, comme le premier jour du monde, n’existait pas avant eux.
C.-H.B.

chorégraphie Jean-Claude Gallotta / musique Rodolphe Burger / assistante à la chorégraphie Mathilde Altaraz / dramaturgie Claude-Henri Buffard visuel Dominique Gonzalez Foerster lumière Manuel Bernard
avec Axelle André, Ibrahim Guétissi, Georgia Ives, Fuxi Li, Bernardita Moya Alcalde, Lilou Niang, Jérémy Silvetti, Gaetano Vaccaro, Thierry Verger, Béatrice Warrand et Jean-Claude Gallotta

production Groupe Émile Dubois / Cie Jean-Claude Gallotta
coproduction Le Théâtre du Rond-Point / Paris, Scènes Vosges, Le Manège / scène nationale de Maubeuge
en cours
avec le soutien de La MC2 : Grenoble
© Nicolas Pianfetti

retour précédent suivant