danseuse Jean-claude Gallotta Logo Jean-claude gallotta Imagette site abstrait

Gallotta - Centre Chorégraphique National de Grenoble - Groupe Emile Dubois

Accueil Spectacles Du répertoire Le sacre du printemps

Le sacre du printemps

Note d’intention

Chaque chorégraphe porte un Sacre en lui. Celui de Jean-Claude Gallotta est gravé au compas sur un pupitre d’écolier. Adolescent, encore étroitement engoncé dans la blouse grise de son triste pensionnat, le futur chorégraphe écoute le professeur de musique parler d’Igor Stravinsky, des Ballets russes, de Nijinski, du « scandale » à la création (au Théâtre des Champs-Élysées, le 29 mai 1913) et entend l’oeuvre pour la première fois sur un vieux tourne-disque Teppaz trop sillonné. Assoupi sur son banc en bois, il « s’enrêve » aussitôt, dit-il aujourd’hui. Les images l’emportent. Il s’en souvient encore. Des figures séraphiques, des ombres sensuelles, des corps tourmentés, des éveils interdits, des émois inexpliqués, des palpitations troublantes.

C’est alors qu’il chorégraphiait la dernière séquence de son spectacle précédent, l’Homme à tête de chou, que lui sont revenus ces souvenirs. Par quelle voie secrète ? Par la silhouette de Marilou traversant la scène comme l’Elue de Stravinsky offerte à la mort ? Par la musique de Serge Gainsbourg nourrie, parfois clandestinement, de références classiques ? Par la vitalité des interprètes dont il lui paraissait indispensable de prolonger la fl amme ? En guise de réponse, le Sacre s’est alors imposé comme le second volet du diptyque commencé avec l’Homme à tête de chou : mêmes danseurs, même lumière sélénienne, mêmes énergies venues directement de la musique. En hommage à Tadeusz Kantor, et à sa Classe morte, classe qui est aussi celle de beaucoup d’autres enfances en noir et blanc, celle de Jean Vigo (Zéro de conduite) ou celle de François Truffaut (les 400 coups), la scène est comme passée à l’estompe du souvenir, la musique insolente de Stravinsky et la danse désir des interprètes perçant sous le voile comme des élèves effrontés sous le nuage de craie.

Parce que le Sacre est sans nul doute une des matrices par lesquelles il a trouvé l’élan nécessaire pour inventer son itinéraire chorégraphique, Jean-Claude Gallotta a choisi de travailler sur la première version de l’oeuvre, qu’il considère comme une des meilleures, rude, sans affèteries, sans brillance décorative, dirigée et enregistrée par Igor Stravinsky lui-même. Le Sacre est une « cérémonie païenne » selon le compositeur. Pas d’anecdote, pas d’intrigue. Jean-Claude Gallotta ajoute : pas d’Elue, ou du moins pas d’Elue unique, glorifi ée puis sacrifi ée. Chaque interprète féminine sera « éligible », tour à tour, pour rétorquer à « l’obscur pouvoir discrétionnaire » des dieux et des pouvoirs.

Du rituel, Jean-Claude Gallotta a également retenu le double sens étymologique de « relier » et de « se recueillir ». Il s’agit bien pour lui de se recueillir, comme à genoux, sur les marches de l’autel qui montent et monteront toujours à son adolescence, et de se relier aux maîtres, de Kantor à Fellini, qui l’ont conduit à ne pas l’oublier.

Le Sacre est précédé de deux courts avant-programmes :

I — Tumulte, où le chorégraphe invite danseurs et public à entendre le silence brut de la danse qui

précède le déchaînement de la musique.

II — Pour Igor, un solo interprété par Cécile Renard en hommage au compositeur, apostrophé et tutoyé comme un dieu qu’on n’en fi nit pas de remercier d’avoir cherché sans relâche à instituer par sa musique un ordre entre l’homme et le temps.

Claude-Henri Buffard Mars 2011

chorégraphies Jean-Claude Gallotta
assistante à la chorégraphie Mathilde Altaraz
dramaturgie Claude-Henri Buffard
costumes Jacques Schiotto et Marion Mercier assistée d’Anne Jonathan
musique Igor Stravinsky
version dirigée et enregistrée (1960) par Igor Stravinsky avec le Columbia Symphony orchestra
paysage sonore (I - Tumulte, II - Pour Igor) Strigall
lumières Dominique Zape assisté de Pierre Escande
décors Jeanne Dard
interprète Pour Igor Cécile Renard
interprètes Tumulte et Le Sacre du printemps Alexane Albert, Agnès Canova, Ximena
Figueroa, Ibrahim Guétissi, Mathieu Heyraud, Georgia Ives, Cécile Renard, Gaetano Vaccaro, Thierry
Verger, Stéphane Vitrano, Béatrice Warrand, Thalia Ziliotis
durée 1h
production Centre chorégraphique national de Grenoble
coproduction Théâtre national de Chaillot — Paris
avec le soutien de la MC2 : Grenoble