danseuse Jean-claude Gallotta Logo Jean-claude gallotta Imagette site abstrait

Gallotta - Centre Chorégraphique National de Grenoble - Groupe Emile Dubois

Accueil Spectacles Disponibles L’Étranger

L’Étranger

Pièce pour 3 danseurs

chorégraphie de Jean-Claude Gallotta d’après L’Étranger d’Albert Camus, © Editions Gallimard

pièce créée en juin 2015 au Petit Théâtre de la MC2 : Grenoble

Aujourd’hui, ma mère est morte. Sa jeunesse algérienne aussi, où elle avait peut-être été heureuse. Avec l’Étranger me voilà plongé comme Meursault dans la même réalité incompréhensible, impossible à vivre, dans le même besoin de décrire ces sentiments absurdes. J.-C.G.

Le chorégraphe entraine avec lui dans cette lecture intime de l’oeuvre ses trois danseurs fétiches, Ximena Figueroa, Béatrice Warrand et Thierry Verger qui sont les éclatantes cariatides et l’éblouissant atlante de tous ses spectacles depuis de nombreuses années. Il les entraine sur une scène qui vibre sous une lumière plus sombre que la page de Camus, que la plage de Meursault. Car le soleil du roman est un soleil noir qui, sous prétexte de faire exulter les corps, n’éclaire rien de l’énigme que constitue encore aujourd’hui le personnage de Meursault et n’aide en rien à sa résolution. Comme l’a écrit l’écrivain Bernard Pingaud,« les grandes œuvres se reconnaissent à ce qu’elles débordent tous les commentaires qu’elles provoquent. C’est ainsi seulement qu’elles peuvent nous combler : en laissant toujours, derrière chaque porte, une autre porte ouverte. »
Ainsi, la chorégraphie solarise le roman, lui donne d’autres couleurs, et peut s’avancer avec lui au rythme de l’affrontement entre instinct de mort et instinct vital.
De ce combat, nait la sensualité qui est, pour Camus, « une source de bonheur et un antidote contre l’absurde ». Ne pourrait-on pas voir là une définition possible de la danse ?
Tandis que le protagoniste de l’Étranger accepte "de mourir pour la vérité", la danse, de son côté, sur des scènes où les corps ne mentent pas, réclame ce même destin.
À elle alors de continuer à cultiver avec la littérature ses mystérieuses accointances. C.-H.B.

chorégraphie Jean-Claude Gallotta à partir du roman d’Albert Camus / assistante à la chorégraphie Mathilde Altaraz / musique Strigall / costumes Jacques Schiotto / scénographie et images Jeanne Dard / lumière Dominique Zape / distribution Ximena Figueroa, Thierry Verger, Béatrice Warrand / production Groupe Emile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta Coproduction Centre chorégraphique nationale de Grenoble - Théâtre de la Ville - Les Abesses - Paris avec le soutien de la MC2 : Grenoble

retour précédent suivant


L’affiche du spectacle

Où et quand ?

Presse

Dossier de presse

Entretien avec Jean-Claude Gallotta

Revue de presse